Triste, il était en manque d’amour d’une femme

Article : Triste, il était en manque d’amour d’une femme
25 juillet 2016

Triste, il était en manque d’amour d’une femme

Triste, oui il était devenu triste. L’amour l’avait quitté et il était redevenu cet homme horrible que j’avais connu. Recroquevillé sur lui-même, il regardait les autres avec condescendance. L’air supérieur et sûr de lui, rattrapant ses frasques avec audace, il avait toujours raison sur tout, jusqu’au jour où j’arrivai dans sa vie. Prête à lui donner raison sur tout pour lui plaire, je tentai de découvrir ce qu’il cachait au fond de lui. Je compris qu’il était juste en manque d’amour, pas d’une mère, ni d’un père, mais d’une femme.
Il avait grandi dans la campagne, où les femmes sont respectables et respectées, où les femmes ne volent pas de branche en branche telles des guenons… où les femmes sont des Femmes. Il y avait connu une femme, une vraie, qui l’aimait comme il était, sans chercher à tout le prix à le changer. Une femme qu’il avait malheureusement perdue. Ne dit-on pas que les bonnes choses ne durent jamais ?
Il s’était ensuite retrouvé dans ce monde dont les lois sont si dures et où les femmes ne jurent que par l’ « intérêt ». Il avait néanmoins choisi de rouvrir son cœur et s’était mis à aimer de nouveau, à m’aimer. Mais moi je l’avais déçu en me laissant malencontreusement aspirée par ce monde de débauche.
J’ai grandi dans ce monde-ci, où tout est calculé. J’ai eu l’habitude des relations de débauche. Je n’avais pas vu que, par mon comportement, je le faisais souffrir. Il avait choisi de me quitter et était alors redevenu triste, affichant malgré lui l’horrible et le pâle visage de la déception et de la solitude. Et il choisit une solution pour fuir définitivement la  souffrance. Non, il n’allait plus jamais souffrir. Il décida de mettre fin à ses jours et de quitter à jamais ce monde qui lui avait retiré ce qu’il avait de plus cher : sa foi. Il avait perdu foi en la vie et en ses bienfaits.
Et maintenant, c’est moi qui suis triste, d’avoir perdu un homme, d’avoir perdu l’homme, le vrai.
Partagez

Commentaires

belizem
Répondre

Yemale, je ne cesserai de le dire, même si ca fait mal ne vous tuez pas pour l'amour. Joli,le texte mireille.

Mireille Flore Chandeup
Répondre

Merci l'ami. Merci d'être passé par ici!

Lovehasgone
Répondre

Très beau ! Je vis un peu ça. Pour une fois qu'un texte raconte la sensibilité et la solitude de certains hommes aujourd'hui.

Mireille Flore Chandeup
Répondre

Merci l'ami , si "l'amour est parti", que faire donc? Merci d'être passé par ici, et à très bientôt

steve
Répondre

tres jolie texte merci ; je me reconnai dedans